Avertir le modérateur

18/04/2008

« Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente» (Aimé Césaire)

 

 

D'un côté, l’irresponsabilité de nos administrations qui acceptent de créer de la pénurie et de lourds disfonctionnements pour la prochaine rentrée scolaire dans nos écoles, collèges et lycées.

De l’autre, la mollesse des politiques dans nos assemblées qui osent à peine évoquer l’incroyable remise en cause de principes aussi évidents que celui de droit à une éducation égale et de qualité pour tous.

Depuis 6 semaines, au collège Lamartine, nous avons réussi à mobiliser au-delà de nos salles de cours et de notre établissement même. L’élan est là. Mais en 6 semaines, le mur fait de « briques et de broc » que l’Inspection académique nous opposait s’est transformé en béton armé. Les propos ministériels vont dans ce sens, les chefs d’établissements ont apparemment des consignes pour que les effectifs des établissements bougent peu et n’ouvrent pas la voie à d’éventuelles remises en cause des dotations horaires (comment interpréter autrement le refus à Lamartine d’organiser des journées portes ouvertes ?)

Pendant les deux semaines qui viennent, relisons Aimé Césaire. Un bon antidote pour ne pas prêter le flanc à l'éternelle bêtise des hommes.

Et continuons à nous mobiliser car, à la rentrée, les palabres ne suffiront sans doute plus.

 

Appel intersyndical à la mobilisation

pour une politique éducative ambitieuse

Le budget 2008 qui sera appliqué à la prochaine rentrée est contesté par les élèves, les parents d'élèves, les personnels, les étudiants, les associations éducatives complémentaires de l'enseignement public et tous les  partenaires de l'École. Les mobilisations vont croissantes et portent l'exigence de moyens pour la réussite et la démocratisation du système éducatif.

Les 11 200 suppressions de postes entraîneront des classes surchargées, rendant impossible le suivi individuel des élèves. Dans le second degré cela va conduire à des disparitions de formations et d'options et la fin de dispositifs pédagogiques et de soutien innovants.

Conjuguée aux retraits de moyens, la mise en place précipitée, sans réflexion préalable et sans concertation suffisante, du bac pro 3 ans dans les LP, suscite des inquiétudes légitimes quant à la prise en charge des élèves en enseignement professionnel en particulier ceux qui sont en difficulté.

Dans le premier degré les projets de programmes traduisent une vision passéiste et rétrograde de l'École, ainsi qu'un recul pédagogique et didactique. Ils remettent en cause les cycles et s'accompagnent d'une apparente volonté d'externaliser l'aide aux élèves en difficulté en rejetant la responsabilité de l'échec scolaire sur les familles.

Ce budget de rigueur et les suppressions de postes concernent tous les secteurs comme l'Éducation nationale mais aussi l'Enseignement Agricole Public et tous les personnels, se traduisant par une aggravation des conditions de travail et un fonctionnement plus difficile pour notre système scolaire.

Les annonces budgétaires pour les prochaines années confirment que cette politique de régression en lien avec la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) pourrait s'installer dans la durée.

La transformation de l'École implique une toute autre dynamique pour le système éducatif et pour les métiers de l'éducation.

Pour obtenir des budgets ambitieux qui permettent une transformation de l'École,

Pour mettre en oeuvre une autre politique éducative mettant la réussite de tous les élèves au centre de ses préoccupations,

Les organisations signataires appellent à poursuivre et amplifier les mobilisations en cours :

• en organisant localement, dès la rentrée des vacances de printemps, des rencontres entre parents, lycéens, personnels de l'éducation et responsables des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public pour mieux les informer.

• en développant dans la durée des actions s'opposant aux conséquences du désastreux budget 2008 :

par une journée nationale d'actions diversifiées le 15 mai,

par l'organisation samedi 24 d'une grande journée de mobilisations, de rencontres avec la population et de manifestations dans tous les départements.

Ceméa, Confédération Étudiante, CRAP-Cahiers pédagogiques, FCPE, Ferc-CGT, FIDL, Les Francas, FSU, GFEN, ICEM-Pédagogie Freinet, Jeunesse au Plein Air, Ligue de l'Enseignement, Sgen-CFDT, Sud Éducation, Sud Étudiant, Unef, UNL, Unsa Éducation

 

A cela s'ajoute une manifestation nationale à Paris de toute l'Education le dimanche 18 mai. Ce jour là la France dira NON.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu