Avertir le modérateur

12/01/2009

Voeux 2009: Sur l'Education, Nicolas Sarkozy fait diversion

this_way.jpg

Nicolas Sarkozy a présenté, ce lundi 12 janvier, à 12h20, ses vœux aux personnels de l’Education nationale. Certes, certes, ce genre d’exercice ne se prête pas aux réflexions de fond. Mais tout de même, aide-t-il à deviner la philosophie et la nature des grands chantiers à venir.

 

Or, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on est loin du compte.

 

Des questions, le monde enseignant, et le monde tout court d’ailleurs, en ont :

 

La marchandisation qui atteint toute les activités contournera-t-elle l’école ? Le sanctuaire scolaire peut-il espérer ignorer impunément la modification des comportements sociaux dans un monde que dominent les valeurs et les résultats de la société du « tout et libre marché » ?

Le vieillissement de la population ne promet-il qu’une agréable baisse des effectifs dans nos classes (Le ministère estime à 20 000 le nombre d’élèves en moins l’an prochain dans le secondaire) ?

La massification, tout compte fait, réussie de l’accès à l’école satisfait-elle la démocratisation que nous voulions ?

Quid du supplice du collège unique ? (Après l’école primaire, nous réformerons le lycée, dit Nicolas Sarkozy. Mais que fait-il de ce qui les relie, à savoir le collège ?) Quid des modèles pédagogiques uniques ? Quid du brise reins que constitue le premier cycle universitaire ? Quid de la misère sociale de tant de jeunes en formation ?

 

Il semble, hélas, que, pour nos gouvernants, tout cela ne soit qu’inconvénients mineurs. En témoignent les extraits de l'intervention du Président de la République repris par 20 minutes:

 

 

 

En témoignent aussi les deux nominations annoncées :

 

Richard Descoings, tout d’abord. Médiatique directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, il sera chargé de conduire la mission de concertation ("d'analyse, de compréhension, d'écoute et de proposition") sur la réforme du lycée, sous la direction de Xavier Darcos. Il est connu pour avoir créé en 2001, pour accéder à son établissement, une filière dérogatoire au concours à l'intention d'élèves des zones d'éducation prioritaire (ZEP).

 

Martin Hirsch, ensuite. Déjà commissaire aux Solidarités actives, il prendra la tête d’un nouveau haut commissariat à la Jeunesse. Bernard Laporte se verra ainsi privé d'une partie de son secrétariat d'Etat (aux Sports et à la Jeunesse). « Le Président entend ainsi montrer qu'il accorde une importance particulière au désarroi de la jeunesse, qui a conduit selon lui à la contestation lycéenne de la fin 2008 », résume 20 minutes.

 

A eux deux, ils résument la philosophie de Nicolas Sarkozy en matière d’éducation :

D’une part (et c’est peut-être bien le sens à donner à la nomination de Richard Descoings), faire en sorte que les restrictions budgétaires n’empêchent pas le système de produire la bonne proportion des jeunes parvenant aux mêmes grandes écoles que leurs parents. Mais est-ce la seule élite dont notre société a réellement besoin ?

D’autre part, calmer la jeunesse, qui pourrait bien venir en appui à la mobilisation, parfois un peu faiblarde, des personnels de l’Education face à la « réformite » aiguë  de Xavier Darcos.

 

Voilà de quoi transformer les meilleures idées en gadgets et donner le tournis aux acteurs de terrain.

 

Voilà à quoi se résume la volonté politique essoufflée de Nicolas Sarkozy : amuser le parterre… et faire diversion.

 

Max.

 

 

 

Du vent, des pets des poums, dirait Gainsbourg.

 

Commentaires

Sarkozy par le biais de Darcos n'a pas de mal à supprimer des postes,même si il y en a pas assez! Ce qu'il ne vous dit pas c'est qu'il remplace les profs titulaires par gens ayant bac+3(minimum).Ces personnes sont des "enseignants" embauchés en cdd de 1 an ou en vacation(statut le plus précaire de France,privé et public confondus).Le vacataire n'a même pas droit à la sécurité sociale ,ni au chômage,pas de cotisation retraite ,payé à l'heure devant les élèvesmais ne pouvant pas faire plus de 200h dans l'année. 4000 euros pour vivre un an,cool non?
Les profs en cdd (10 ou 12 mois),ne signe jamais de cdi avant 50 ans.Ils peuvent enchainer 10,15 ans de cdd ponctués de vacations et de périodes de chômage.Pas d'indemnité de licenciement,car ce sont des fins de contrats(cdd) ,pas de ré-obligation d'embauche,une année travaillée compte une 1/2 année pour la retraite,etc......
Il ne faudra pas se plaindre si ces profs ne s'investissent pas dans leur boulot,surtout si celui ci ne leur permet que de survivre .Imaginez demander un crédit avec un cdd de un an.
Trouver un logement ,vu qu'ils sont mutés partout.Leur salaire est indexé sur 10 mois et non 12 (ils touchent 10 salaires étalés sur 12 mois) comme les titulaires.
La gauche ne peut rien dire car c'est elle qui a inventé ce système en 1997.La droite l'utilise au maximum et vont même plus loin car les rectorats ne proposent plus que des mi-temps ( 792euros/mois).Sur un poste il font travailler 2 profs non-titulaires qui par conséquent ne sont plus dans les chiffres du chômage.Deux chômeurs en moins au lieu d'un,cool non?

http://contractuels-vacataires.xooit.fr/index.php

Écrit par : arkane | 23/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu