Avertir le modérateur

16/01/2009

Xavier Darcos veut sauver la filière textile

front-29-image-289745.jpg

 

Pauvre Xavier Darcos. Rien. Il n’a rien eu. Xavier Bertrand. Promu. Brice Hortefeux. Promu. Eric Besson. Rendez vous compte : Eric Besson. Promu.

 

Et Xavier Darcos ? Rien. Pas promu.

 

Alors, notre ministre a ressorti son petit calepin à idées géniales. Il y avait déjà puisé le code de vie scolaire et les médailles. Sur une vieille page jaunie, il vient de remettre la main sur l’uniforme. Que tout cela fleure bon l’école à papa.

 

Bon. Me voilà bien méchant. Après tout, certains s’exclameront :

 

« Enfin des Ministres dignes de ce nom (oui à l'uniforme) qui essaient de reprendre le terrain perdu par les nostalgiques et irresponsables soixante-huitards attardés qui on amenés cette jeunesse là où elle est. Il est interdit d'interdire qu’ils disaient même les couteaux arrivent en classe à quand les fusils et je ne parle pas des petits menteurs qui poussent les enseignants au suicide. Bravo messieurs les Ministres continuez à mettre de l'ordre. »

 

Ou encore :

 

« Totalement pour l'uniforme à l'école et ce jusqu'au lycée! Plus de railleries parce qu'on n'a pas les dernières Nike ou autres Lévis 501 !! Les petits caïds perdront de leur "pouvoir" dans les cours d'écoles, car on ne les remarquera plus avec leurs fringues tombées du camion flambant neuves, et les jeunes dont les parents ne peuvent pas se permettre d'acheter une paire de grole à 100 euros (!), ne se sentiront plus lésés. Je ne suis pas "copain" avec l'armée, mais je pense que le principe de l'uniforme peut être un bonne direction pour rappeler à certains ce à quoi sert l'école! Evidemment, les fabricants des marques, vont crier au scandale ! mdr je vois ça venir gros comme une maison. » (1)

drolissimes.JPG

C'est les soldes. Courez achetez votre uniforme !

 

Mais au-delà de ce débat vieux comme la République, il semblerait bien que, voulant bien faire, Xavier Darcos ait commis une petite bourde.

 

Ce n’est pas moi qui le dis. C’est Nicolas Sarkozy. Le 16 décembre dernier, dans son discours sur l’égalité des chances à l’Ecole polytechnique. Si si. L’Ecole polytechnique.

 

« Depuis trop longtemps nous trahissons l’idéal républicain en proclamant notre attachement à une République formelle sans nous soucier de construire la République réelle.

 

Il n’y a pas de République réelle sans volontarisme républicain.

 

Il n’y a pas de République réelle sans la volonté de corriger les inégalités, en traitant inégalement les situations inégales.

 

On ne peut progresser vers l’égalité réelle qu’en s’attaquant à la fois aux causes et aux conséquences des inégalités, des injustices, des discriminations. »

 

Ainsi (pour redevenir un peu sérieux) nous voilà face à un gouvernement qui prône tout et son contraire, qui déclame son amour de la diversité et mais invite à l’uniformité, qui discoure sur la république réelle mais court après une république formelle. Comment s’y retrouver.

 

Effectivement, la République doit avoir la volonté de corriger les inégalités, s’attaquer aux causes et conséquences des inégalités à condition … de ne pas en être la cause. Les premières études commencent à tomber : l’assouplissement de la carte scolaire aurait un « effet inverse » à l’objectif de mixité.

 

Uniforme ! Cachez ces inégalités que je ne saurai corriger…

 

 

 

Max.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu