Avertir le modérateur

18/01/2009

Xavier Darcos contre les syndicats : veillée d’armes en attendant le 29 janvier

darcos5.JPG
Nous le savons déjà, le gouvernement n’aime guère les syndicats qui s’opposent à sa politique. Xavier Darcos ne déclarait-il pas, en novembre dernier, quelques jours avant la grande manifestation qui allait le convaincre deux semaines plus tard de renoncer à sa « réforme » incompréhensible du lycée : les syndicats de l'Education nationale "dont la fonction principale est la résistance au changement", estimant qu'"organiser de manière systématique" des grèves comme "réponse aux problèmes de l'école" était "démodé". Il ajoutait : "J'ai envie de dire à ceux qui font la grève qu'il faut qu'ils fassent attention parce que le monde, la France avancent plus vite que les cortèges". Pour lui, "organiser de manière aussi systématique et si répétitive comme réponse aux problèmes de l'école des protestations, des refus (...) est une (façon) démodée d'aborder les problèmes".

 

Les syndicats, donc, ne seraient pas représentatifs : "Par définition, depuis que nous organisons le travail à l'éducation nationale, il y a une résistance des appareils qui n'est pas celle des professeurs. Les professeurs méritent mieux que d'avoir des syndicats dont la fonction principale est d'organiser la résistance au changement comme si le monde ne changeait pas autour de nous". (Source: Le Figaro)

 

 

Problème : début décembre, ces mêmes syndicats, organisateurs des grèves, remportaient près de 90% des voix aux élections professionnelles avec un taux de 64% de participation. Camouflet. Les syndicats sont bien représentatifs et même massivement représentatifs. Nous avions donc appris à ignorer le ministre sur ce point...

 

Irresponsables et coupables

 

A l’approche de la prochaine mobilisation du 29 janvier, Xavier Darcos doit changer de stratégie : les syndicats ne sont plus peu représentatifs, ils sont irresponsables (1).

 

Les « évènements » de la gare Saint Lazare lui en donnent l’occasion rêvée. Nicolas Sarkozy a lancé le premier, en milieu de semaine dernière, l’offensive :

 

"J'ai du respect (pour les syndicats), ils jouent un rôle irremplaçable et nous devons les encourager à développer leur représentativité. Mais, en tant que président de la République, je ne peux pas accepter qu'une organisation syndicale irresponsable casse le service public et bafoue l'intérêt des usagers du service public en fermant la deuxième gare de France, sans prévenir personne, en se moquant des intérêts des usagers".

 

Xavier Darcos lui a donc emboîté le pas aujourd’hui sur Europe 1 : "Evitons que les écoles soient des petites gares Saint-Lazare partout" a-t-il déclaré.

 

Le message est clair : une école fermée du fait de la grève sera le fruit de l’irresponsabilité des syndicats et des enseignants grévistes.

 

Olivier Besancenot a bien raison d’affirmer que "Nicolas Sarkozy est mal placé pour parler [du service public, ndlr]. Lui et son gouvernement passent leur temps à démanteler le service public, que cela soit les transports ferroviaires, la santé, la Poste… Partout il y a des suppressions d'emplois. Les vraies raisons du conflit à Saint-Lazare sont là." (…) "Les grévistes ne sont pas responsables de la situation ! Pendant trois semaines, la direction a refusé de négocier. Je comprends la colère des usagers. Mais ça ne retire rien à ma solidarité avec les grévistes. Les cheminots ne luttent pas pour des droits corporatistes mais pour que les services publics fonctionnent bien."

Et de conclure : "Nicolas Sarkozy a une volonté : taper fort sur tous ceux qui contestent (...) Le gouvernement veut faire des exemples car il a peur de l'extension des conflits, de la jonction entre grévistes (...) Nicolas Sarkozy essaie de criminaliser le mouvement social."

 

Tout a été dit ce week-end.

 

Max.

 

(1) Le post.fr dont sont issues les citations suivantes se fait l'écho des dernières déclarations en la matière.

 

PS: l'illustration du début est une improvisation à partir d'une affiche de la SNCF sur ses tarifs dégressifs ("difficile de passer à coté")

Commentaires

Le bras cassé de l'éducation, encore un bon à rien.

Écrit par : kalten | 19/01/2009

Besancenot devrait demander l'asile politique à la Suisse, car à l'écouter parler sa vie ainsi que celle de tous ceux qui contestent sont en danger. MDR

Écrit par : go! xavier go | 19/01/2009

Go Xavier go. But go out, please.

Écrit par : JP | 19/01/2009

Darcos n'a pas de mal à supprimer des postes,même si il y en a pas assez! Ce qu'il ne vous dit pas c'est qu'il remplace les profs titulaires par gens ayant bac+3(minimum).Ces personnes sont des "enseignants" embauchés en cdd de 1 an ou en vacation(statut le plus précaire de France,privé et public confondus).Le vacataire n'a même pas droit à la sécurité sociale ,ni au chômage,pas de cotisation retraite ,payé à l'heure devant les élèvesmais ne pouvant pas faire plus de 200h dans l'année. 4000 euros pour vivre un an,cool non?
Les profs en cdd (10 ou 12 mois),ne signe jamais de cdi avant 50 ans.Ils peuvent enchainer 10,15 ans de cdd ponctués de vacations et de périodes de chômage.Pas d'indemnité de licenciement,car ce sont des fins de contrats(cdd) ,pas de ré-obligation d'embauche,une année travaillée compte une 1/2 année pour la retraite,etc......
Il ne faudra pas se plaindre si ces profs ne s'investissent pas dans leur boulot,surtout si celui ci ne leur permet que de survivre .Imaginez demander un crédit avec un cdd de un an.
Trouver un logement ,vu qu'ils sont mutés partout.Leur salaire est indexé sur 10 mois et non 12 (ils touchent 10 salaires étalés sur 12 mois) comme les titulaires.
La gauche ne peut rien dire car c'est elle qui a inventé ce système en 1997.La droite l'utilise au maximum et vont même plus loin car les rectorats ne proposent plus que des mi-temps ( 792euros/mois).Sur un poste il font travailler 2 profs non-titulaires qui par conséquent ne sont plus dans les chiffres du chômage.Deux chômeurs en moins au lieu d'un,cool non?

http://contractuels-vacataires.xooit.fr/index.php

Écrit par : arkane | 19/01/2009

Il est urgent de cesser de critiquer et .... faire grève.
Quels enseignants que ceux qui apprennent non le français et les maths à nos enfants, non les "devoirs" mais les DROITS et la paresse et le tire-au flanc.
Qu'ils fassent correctement leur travail et on pourra parler ensuite, car parent d'élève être obligée de corriger les fautes de français du professeur de mon fils, j'avoue que j'ai du mal à accepter que cette personne fasse grève. Qu'elle retourne APPRENDRE ! Que sont les années scolaires, une succession de cours supprimés pour cause de grève. Un peu de courage !!!

Écrit par : longuepee | 19/01/2009

Hé ! Longuepee vous voilà bien chevaleresque. Mais vous avez mis votre haume à l'envers ce qui nuit considérablement à la visibilité que vous pouvez avoir de la situation.

Vous ne manquez pas d'humour toutefois, longuepee : La succession de cours supprimés pour cause de grève, se limite à 2 jours d'absences depuis le début de l'année scolaire. 2 jours. Ca fait pas des masses.
Et puis je ne vois pas pourquoi faire des fautes d'orthographe empêcheraient de faire grève. Vous ne faîtes pas grève, vous, j'imagine. Dois-je en déduire que vous avez de gros problèmes d'orthographe ?
M.

Écrit par : max | 19/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu