Avertir le modérateur

08/06/2008

Petit manuel de mobilisation

 

 

... à usage de tous ceux qui veulent dire NON aux mesures Darcos


podcast
Noir désir, Le vent nous portera

 

Depuis quelques jours la mobilisation reprend fortement notamment dans le primaire. En témoignent plusieurs articles de presse qui nous permettent de recenser comme nous l’avions fait au début du mouvement (ici) les différentes initiatives qui bourgeonnent avec le printemps.

 

2072533878.JPGLa nuit des écoles organisée le 13 juin dans toute la France. L’objectif : avoir une retombée médiatique nationale pour informer le maximum de personnes des DANGERS (et vices cachés!) des mesures Darcos. Cette soirée, les organisateurs la souhaitent conviviale et citoyenne, entre enseignants, élus, parents d'élèves du public et du privé. Parti, à la base, sans mot d'ordre syndical, un mouvement d'occupation d'écoles s'est installé dans la capitale. Les protestataires dénoncent, pêle-mêle, le "démantèlement de l'école", la "casse du service public", les suppressions de postes, les nouveaux programmes, les stages de remise à niveau pour les élèves en difficulté, ou le nouveau fichier central "Base élèves". Depuis plusieurs semaines, des occupations d’écoles par les parents d’élèves germent un peu partout à l’image de l’école Marcadet dans le XVIIIe arrondissement à Paris. Depuis une semaine, des parents se relaient dans le bureau du directeur. L’occupation ne perturbe pas la classe : les parents se contentent d’être là, de filtrer les communications et de bombarder de fax le rectorat. La méthode vise à lutter contre les réformes Darcos sans en passer par une grève enseignante «trop pénalisante pour les familles et les instits», relaie Libération.

1270726246.JPGLa grève tournante, en appui aux occupations d’écoles. Depuis la mi mai, dans le dans le XVIIIe arrondissement à Paris encore. A l’image de l’école Pajol, des enseignants observent une grève tournante reconductible, suivie chaque jour par un quart à un tiers d'entre eux. La situation est similaire dans la plupart des écoles voisines, relate Le Monde.

Appel à la création de coordinations départementales des enseignants et des parents d’élèves avec en point de mire d’éventuels blocages de centres de correction des examens. Il s’agit là de protester contre les suppressions de postes massives dans le secondaire et des dotation horaires qui pour la rentrée prochaine auront pour conséquence d’alourdir le nombre d’élèves dans les classes (jusqu’à 30 en collège, 40 en lycée). D’ores et déjà, le syndicat SUD Education de l’Académie de Créteil appelle dans le 2nd degré, à la grève dès le 16 juin, date de début du Bac, ainsi que le blocage d’un centre de retrait des copies, rappelant par ailleurs qu’il est indispensable, « à l'occasion des dernières AG et des conseils d'enseignement de fin d'année, amplifier le refus collectif des heures supplémentaires dans les collèges et les lycées pour ne pas entériner les suppressions de postes ». Le forum unitaire recense les initiatives appelant à une grève des examens.

Estimant que l’heure n’en était plus aux tergiversations et aux seules promenades entre Nation et République, au collège Lamartine nous avons pris l’initiative cette semaine de voter massivement un texte allant dans ce sens.

785087553.JPG

cliquez pour agrandir le texte

03/06/2008

Ensemble agissons sur les examens

 

 

… pour gagner sur nos revendications

 

 

257060920.jpgpodcast

Miossec, Le stade de la résistance

 

Il est 11h30, aujourd’hui au collège Lamartine de Houilles.

 

Une trentaine de professeurs (sur les 37 que compte l’établissement) se réunissent en Assemblée Générale.

 

A l’ordre du jour, une nouvelle initiative est discutée : un appel à la création d’une coordination départementale des personnels de l’éducation et des parents d’élèves.

 

Son objet : Agir sur les examens du brevet pour gagner sur nos revendications.

La discussion s’engage. Les dernières annonces rectorales sur les affectations des TZR (1) et gouvernementales sur de futurs lycées à la carte ont échaudé les esprits. L’éducation devient la nouvelle pâte à modeler de nos gouvernants en mal de mouvement, de pseudo modernisation et de vraie libéralisation. Le pouvoir d’achat des ménages français s’effondre, renvoyons les à leurs enfants, terreau éternel de leurs inquiétudes légitimes.

Le chantage aux examens, ça suffit ! entend-on.

La démolition pierre après pierre de notre système éducatif et de nos statuts, cela ne peut plus durer. Trop c’est trop ! Nous nous devons de réagir.

L’appel lancé par nos collègues et désormais compagnons de lutte du Tarn vient à point nommé. Nous nous proposons alors de lancer une initiative similaire dans les Yvelines :

Nous nous tenons prêts à bloquer les centres de correction du brevet et à ne laisser accéder les correcteurs à ces centres de correction qu’à partir du moment où le ministre aura daigné écouter la colère qui s’exprime légitimement contre sa politique de casse du service public d’éducation.

26 des 28 professeurs présents ont approuvé le texte que nous reproduisons ci-après. Ce texte sera transmis à l’Inspection académique et au Rectorat de Versailles. Ce texte est aussi un appel à la mobilisation.

Que tous ceux et toutes celles, enseignants, parents ou simples citoyens, dans les Yvelines et au-delà, qui souhaitent s’engager dans cette action se fasse connaître en nous communiquant leurs coordonnées à notre adresse mél : sauvonsnosdgh@yahoo.fr

 

  ENSEMBLE, AGISSONS SUR LES EXAMENS
POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS.

APPEL A LA CREATION D’UNE COORDINATION DEPARTEMENTALE (YVELINES) DE TOUS LES PERSONNELS DE L’EDUCATION ET DES PARENTS D’ÉLÈVES.

BREVET 2008 : OPERATION « BLOCAGE DES CENTRES DE CORRECTION »

 

Depuis des mois, lycéens, enseignants et parents se mobilisent pour faire entendre au gouvernement leur refus de sa politique éducative qui, sous couvert de “réforme”, entend démanteler méthodiquement le service public d’éducation dans notre pays. Les suppressions de postes massives en cours et à venir, la suppression de la carte scolaire, du bac pro en 4 ans, la fin programmée des concours de recrutement, la casse des statuts d’enseignants, le recours revendiqué à l’intérim, la mise en concurrence des établissements, tout concourt à créer, dans un futur proche, une école à plusieurs vitesses, soumises aux pressions locales et un abandon de l’ambition d’une réussite pour tous au détriment des publics les plus touchés socialement. Dans les écoles, dans les collèges et lycées, dans la rue, nous avons clairement marqué notre refus de cette démission politique, notre refus des classes surchargées, des quartiers délaissés, des conditions de travail sabotées.

Depuis des semaines, le gouvernement fait la sourde oreille et n’affiche que mépris pour les lycéens, enseignants et parents mobilisés.

Enseignants en charge de la préparation et de la correction du brevet, nous sommes particulièrement attachés à cet examen qui garantit une évaluation impartiale et nationale des efforts accomplis pendant le premier cycle par les élèves. Aussi, nous refusons catégoriquement qu’il soit, comme pour le bac, instrumentalisé par le ministère pour faire passer en force ses mesures impopulaires et largement rejetées par l’opinion. En ayant sciemment refusé d’ouvrir toute négociation jusqu’à présent, en ne répondant pas aux demandes réitérées de report des examens, Xavier Darcos joue la montre et veut utiliser les examens pour mettre la pression sur les enseignants en cette fin d’année, espérant ainsi gagner du temps et désamorcer la mobilisation.
Nous refusons ce chantage et exigeons solennellement du ministre qu’il revienne sur ses mesures (et en particulier : retour des 11000 postes supprimés, maintien des options et des BEP, abandon du rapport Pochard) avant le début des examens.

Faute de quoi, nous nous tenons prêts :

- à bloquer les centres de correction du brevet et à ne laisser accéder les correcteurs à ces centres de correction qu’à partir du moment où le ministre aura daigné écouter la colère qui s’exprime légitimement contre sa politique de casse du service public d’éducation.

Ce texte a été adopté à l’AG du collège Lamartine de Houilles (Yvelines) du 3 juin 2008, par 26 des 28 professeurs réunis. C’est sur cette base et en élargissant l’action à tous les établissements du second degré et  au premier degré, que nous vous appelons à nous contacter tous et toutes pour s’organiser afin de passer à l’action ! Nous envoyons parallèlement une demande aux directions syndicales pour qu’elles se décident à lancer un mot d’ordre national pour agir sur les examens.

Contact : sauvonsnosdgh@yahoo.fr

 

(1) A compter de cette année, les Titulaires sur Zone de Remplacement (TZR) néo-titulaires seront affectés en priorité sur les Bloc de Moyens Provisoires de 18 h  (BMP : heures données à l’année à un établissement c’est-à-dire non fixes d’une année sur l’autre); les TZR déjà en poste seront, eux, nommés sur le reste des BMP disponibles après cette première phase en fonction de leur barème et de leurs vœux.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu