Avertir le modérateur

06/02/2009

Dernières démarques ... avant fermeture de la maison France

J’ai une théorie qui vaut ce qu’elle vaut : pour moi, Nicolas Sarkozy est un shadok. Il pompe beaucoup et c’est même comme ça qu’il existe. Mais bon je me suis planté : il n’a pas parlé d’Education. C’est vrai l’Education n’est plus une priorité.

 

Alors, j’hésite. C’est peut-être plus grave.

 

Hier à la TV, sa politique ressemblait parfois à ça :

 

derniere-demarque.JPG

 

… quand il annonce la suppression de la taxe professionnelle après avoir soldé l’impôt sur les grandes fortunes et l’impôt sur les successions. Car n’oublions pas que la taxe professionnelle, c’est pour les communes un outil pour mutualiser les risques de fermetures de sites, de délocalisations, un impôt qui permet de redistribuer la richesse vers les communes les moins favorisées.

 

Mais sa politique c’est aussi ça :

Salon-agriculture2.JPG

 

… tant il nous prend pour des bœufs. L’interview commence sur le constat que nous serions en train de vivre la plus grave crise depuis un siècle. Quelques minutes plus tard, Nicolas Sarkozy nous explique qu’il faut … partager les profits dans les entreprises. Euh. Crise et profits : ça va être le couple de l’année ? Il me semble qu’en période de crise, il faudrait plutôt partager les risques de l’existence…

 

Ah mais oui bien sûr : partager les risques, c’est instaurer une meilleure sécurité sociale, mutualiser les risques de fermetures de sites, de délocalisations. Et avec les soldes du quinquennat, ça ne va pas être possible.

 

En fait tout se tient.

   

Et puis, grand final, il y a eu ça :

  

M’sieur Pujadas

 

« Est-ce qu’il reste un doute, dans votre esprit, sur l’idée de vous représenter, en 2012, à la présidentielle ? »

 

Professeur Shadoko

 

« Oh que oui. Oh que oui. Parce que mon métier est très difficile, qu’il faut beaucoup d’énergie, beaucoup de force pour le faire. Je consacre toute mes forces à la faire le mieux possible, le mieux possible. »

 

Président, c’est un métier ? Ah bon.

 


podcast
 Benoit Dorémus, J'apprends le métier

 

 

Max.

05/02/2009

"Je pompe donc je suis" (Nicolas Sarkozy ce soir à la télé)

 

 

 

Le professeur Shadoko va parler ce soir à la télévision.

Le Professeur Shadoko, rappelons le, est l'inventeur de l'ouvre boite en conserve, du comptage par poubelles et de la passoire à dépasser. Récemment on a pu le découvrir en Président de la République. Il dit des choses tellement astucieuses et futées, que lui-même bien souvent ne comprend pas ce qu'il dit, c'est vous dire !

Extrait de ce que l'on pourrait bien entendre sur le thème de l'éducation:

M'SIEUR PUJADAS

 

D’où la question que je réitère pour la troisième fois : est-ce qu’on maintient les suppressions de postes ?

 

PROFESSEUR SHADOKO

 

Non m’sieur Pujadas, on maintient les réformes qui permettront les suppressions de postes. Mais c’est dans cet ordre, m’sieur Pujadas, c’est les réformes qui permettront les suppressions de postes. Et des réformes, y en a eu. On a supprimé la carte scolaire. Maintenant, les gens peuvent choisir l’école de leurs enfants. M’sieur Darcos a demandé la suppression du samedi matin. J’ai demandé une réforme du bac. Ecoutez. Tous les parents qui ont un enfant en Terminale savent qu’à partir du mois de mai, on ne peut plus aller en classe parce que l’organisation du bac fait … alors c’est pas la peine de faire travailler nos enfants pendant 36 heures dans la semaine si c’est pour que l’année s’arrête au début du mois de mai, entre les ponts et l’organisation du bac au mois de juin. Donc il y a des marges de productivité. Je suis parfaitement conscient du malaise enseignant. C’est d’ailleurs un très grand problème pour la société française parce que les élèves doivent apprendre à respecter leurs maîtres, à les admirer, à les considérer et la revalorisation de la fonction enseignante est pour moi une priorité mais elle ne pourra pas être menée de paire : embaucher plus, payer plus. Il faudra choisir.

 

 

Voilà ce que pourraient bien entendre quelques millions de téléspectateurs ce soir.

 

De la logique Shadok !

 

C'est pas moi qui le dit, c'est lui même qui a prévenu que de toute façon, il ne changerait rien, en dépit du bon sens, de la crise, du mouvement social qui s'est exprimer le 29 janvier.

Notre Professeur Shadoko, semble donc vouloir faire sienne une de ces devises chère à ses amis les Shadoks : « Avec un escalier prévu pour la montée, on réussit souvent à monter plus bas qu'on serait descendu avec un escalier prévu pour la descente. »

Petit moment d'antologie donc, ce soir à la télévision, et qui vaudra bien celui-ci:

 

Les Shadoks, saison 2, épisode n°6

" Une expérience simple permet de se rendre compte qu'on ne change pas notablement la qualité de l'instrument (une passoire) en réduisant de moitié le nombre de trous, puis en réduisant cette moitié de moitié, etc., etc. Et, à la limite jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de trous. D'où, théorême: la notion de passoire est indépendante de la notion de trou".

On vérifiera ce soir...

Max.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu