Avertir le modérateur

20/04/2009

Martin Hirsch, le RSA et la Pierre Philosophale.

On savait que Martin Hirsch, Haut commissaire à la Jeunesse, était un Sage. De ceux que l’on consulte à droite comme à gauche quand on a besoin de prendre du recul, de repenser une politique sociale. Une sorte de bonne conscience. La bonne conscience que l’on ne prêterait qu’au Hirsch ? Peut-être bien car, voyez vous, Monsieur Hirsch a trouvé sa Pierre Philosophale, l’aboutissement de son Grand œuvre. Une substance capable de réaliser la transmutation des politiques les plus viles en or. Le gouvernement, grâce à notre Sage, pourrait en extraire la Panacée, un Elixire pour sa Longue Vie, croit-il.

 

Cette substance s’appelle le RSA, le Revenu de Solidarité Active. Destiné à remplacer le RMI, le RSA sert, depuis, de potion magique pour résoudre tous les problèmes sociaux qui viennent frapper à la porte de l’Elysée-Matignon. Souvenez-vous du mouvement social dans les Antilles. Pour satisfaire la demande de hausse de salaire des travailleurs guadeloupéen, le gouvernement ne proposait rien moins que de se substituer aux employeurs en instaurant un RSA anticipé. Le RSA financé par l’Etat et les collectivités (autrement dit les contribuables) et prévu  (en principe) pour soutenir la reprise d’emploi des salariés au chômage, servirait donc à dispenser les employeurs de répartir plus décemment la création de richesses. Beau tour de passe-passe.

 

Pourquoi tant de détails me direz-vous ? Et bien parce que RSA va également servir à transformer le chômage des jeunes en travail précaire. Dans un billet que je vous recommande chaudement il apparaît que « des milliers de jeunes précaires vont être de plus en plus contraints, et cela très légalement, à enchaîner les stages sous-payés, au plus grand bénéfice des entreprises incitées à maintenir le gel de leurs embauches...Et ce grâce au RSA, qui va subventionner de façon déguisée un nouveau statut d'actif: le stagiaire précaire bénéficiaire du RSA. »

 

C’est la Caisse d’Allocation Familiale, elle-même qui le dit :

 

« L’ensemble des ressources du foyer est pris en compte dans la détermination du montant du Rsa. Les revenus d’activité du foyer comprennent les rémunérations au titre d’une activité professionnelle, que cette activité soit salariée, non-salariée, ou qu’il s’agisse de stages de formation rémunérés. »

 

Lisez la suite ICI, c’est édifiant.

 

Max.

 

 

12/01/2009

Voeux 2009: Sur l'Education, Nicolas Sarkozy fait diversion

this_way.jpg

Nicolas Sarkozy a présenté, ce lundi 12 janvier, à 12h20, ses vœux aux personnels de l’Education nationale. Certes, certes, ce genre d’exercice ne se prête pas aux réflexions de fond. Mais tout de même, aide-t-il à deviner la philosophie et la nature des grands chantiers à venir.

 

Or, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on est loin du compte.

 

Des questions, le monde enseignant, et le monde tout court d’ailleurs, en ont :

 

La marchandisation qui atteint toute les activités contournera-t-elle l’école ? Le sanctuaire scolaire peut-il espérer ignorer impunément la modification des comportements sociaux dans un monde que dominent les valeurs et les résultats de la société du « tout et libre marché » ?

Le vieillissement de la population ne promet-il qu’une agréable baisse des effectifs dans nos classes (Le ministère estime à 20 000 le nombre d’élèves en moins l’an prochain dans le secondaire) ?

La massification, tout compte fait, réussie de l’accès à l’école satisfait-elle la démocratisation que nous voulions ?

Quid du supplice du collège unique ? (Après l’école primaire, nous réformerons le lycée, dit Nicolas Sarkozy. Mais que fait-il de ce qui les relie, à savoir le collège ?) Quid des modèles pédagogiques uniques ? Quid du brise reins que constitue le premier cycle universitaire ? Quid de la misère sociale de tant de jeunes en formation ?

 

Il semble, hélas, que, pour nos gouvernants, tout cela ne soit qu’inconvénients mineurs. En témoignent les extraits de l'intervention du Président de la République repris par 20 minutes:

 

 

 

En témoignent aussi les deux nominations annoncées :

 

Richard Descoings, tout d’abord. Médiatique directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, il sera chargé de conduire la mission de concertation ("d'analyse, de compréhension, d'écoute et de proposition") sur la réforme du lycée, sous la direction de Xavier Darcos. Il est connu pour avoir créé en 2001, pour accéder à son établissement, une filière dérogatoire au concours à l'intention d'élèves des zones d'éducation prioritaire (ZEP).

 

Martin Hirsch, ensuite. Déjà commissaire aux Solidarités actives, il prendra la tête d’un nouveau haut commissariat à la Jeunesse. Bernard Laporte se verra ainsi privé d'une partie de son secrétariat d'Etat (aux Sports et à la Jeunesse). « Le Président entend ainsi montrer qu'il accorde une importance particulière au désarroi de la jeunesse, qui a conduit selon lui à la contestation lycéenne de la fin 2008 », résume 20 minutes.

 

A eux deux, ils résument la philosophie de Nicolas Sarkozy en matière d’éducation :

D’une part (et c’est peut-être bien le sens à donner à la nomination de Richard Descoings), faire en sorte que les restrictions budgétaires n’empêchent pas le système de produire la bonne proportion des jeunes parvenant aux mêmes grandes écoles que leurs parents. Mais est-ce la seule élite dont notre société a réellement besoin ?

D’autre part, calmer la jeunesse, qui pourrait bien venir en appui à la mobilisation, parfois un peu faiblarde, des personnels de l’Education face à la « réformite » aiguë  de Xavier Darcos.

 

Voilà de quoi transformer les meilleures idées en gadgets et donner le tournis aux acteurs de terrain.

 

Voilà à quoi se résume la volonté politique essoufflée de Nicolas Sarkozy : amuser le parterre… et faire diversion.

 

Max.

 

 

 

Du vent, des pets des poums, dirait Gainsbourg.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu