Avertir le modérateur

15/04/2009

René Monory est mort. Vive René Monory !

Qui se souvient de René Monory ? Pas grand monde. Cet homme va pourtant être inhumé ce jeudi en présence de Nicolas Sarkozy.

 

C’est que, apparemment, il est des héritages dont certains aimeraient bien se passer. C’est un peut l’impression que donnent les sobres, très sobres messages de condoléance que Xavier Darcos et Valérie Pécresse ont livré à l’occasion de la mort, le 11 avril, de René Monory, ancien ministre de l’Education nationale de Jacques Chirac (1986-1988).

 

Xavier Darcos, dans un style empathique voire ampoulé, « tient à rendre hommage au parcours et à l’œuvre d’un inlassable visionnaire qui, du garage de Loudun à la Présidence du Sénat, avait fait de l’avenir sa plus belle circonscription. Ancien ministre de l’Éducation nationale, René Monory n’avait cessé d’œuvrer en faveur de l’introduction et du développement à l’école des technologies de l’information et de la communication, domaine dont il était l’incontestable précurseur en politique. Avec la disparition de René Monory, la France perd une figure politique unanimement respectée et appréciée, dont les combats ont largement contribué à sa modernisation au cours des dernières décennies. »

 

Valérie Pécresse à défaut de pouvoir présenter des condoléances joyeuses, « présente ses condoléances attristées » à la famille et aux proches de René Monory. Sans doute un peu stressée en ce moment, « elle tient à rendre hommage à la mémoire de l’ancien ministre de l’éducation nationale, très attaché tout au long de son parcours politique aux questions d’éducation et de formation des jeunes. Il  fut un des artisans de la première tentative de  réforme  des universités en 1986. ». Vient enfin un court hommage à l’initiateur du Futuroscope.

 

Certes, certes, René Monory n’est pas Maurice Druon, décédé le 14 avril et pour lequel Xavier Darcos s’est fendu d’un véritable éloge funèbre. Rien, en René Monory ne « laisse incrédule ». Difficile de croire « à l’éternité académique face à son énergie inlassable et à son destin altier, quasi tiré d’une chanson de geste. » Il a sans doute mis beaucoup de « grandeur et de passion » dans son grand œuvre, le Futuroscope, qui lui survivra. Mais nul souvenir de « son maintien superbe, sa voix d’orateur attique, sa stature de héros légendaire, son impatience face aux médiocrités, son courage physique et moral, sa culture éblouissante, sa fidélité en amitié. »

 

monory.jpg
A défaut de transformer le présent, René Monory aura essayé de dessiner le futur. Ici devant le chantier du Futuroscope en 1987.

 

Non vraiment Rien en René Monory ne semble immortel. A part, peut-être ses réformes avortées. Car, en effet, cet éminent mécanicien de la 5ème République, a été un remarqué (à défaut d’être remarquable) ministre de l’Education nationale. Avec son ministre délégué, tristement célèbre, Alain Devaquet, ils ont tenté une réforme du lycée et des universités.

 

Jacques Chirac, Premier ministre de l’époque avait fixé la ligne : « Dans l'enseignement supérieur, le principe d'autonomie doit être définitivement concrétisé tant à l'entrée - au moment de la sélection des étudiants - qu'à la sortie - au moment de la délivrance des diplômes. L'autonomie doit aller de pair avec un allègement des structures universitaires […] Cette rénovation de l'Université suppose l'engagement sans réticences de tous les enseignants et chercheurs de l'enseignement supérieur ; elle passe par une abrogation rapide de la loi sur l'enseignement supérieur de 1984 [dite loi Savary]. »

 

La réforme  prévoyait de donner une large autonomie aux universités du point de vue financier, du point de vue de la sélection des étudiants (afin de s’adapter au besoins du marché du travail) ainsi que du point de vue des diplômes qu’elles veulent délivrer. Grande différence toutefois avec la réforme Pécresse, la loi Devaquet prévoyait de renforcer le pouvoir des enseignants-chercheurs dans les organes dirigeant l’université. Devaquet était chercheur. Aujourd’hui, ils font les frais de la réforme. Pécresse est énarque.

 

La suite on s’en souvient mieux : immenses mobilisations étudiantes, mort de Malik Oussekine, démission de Devaquet, retrait de sa réforme des universités. Dans la foulée, René Monory retirait sa réforme des lycées.

 

Vingt plus tard, la droite au pouvoir, tente de faire passer les mêmes couleuvres. Quel bel hommage rendu à René Monory.

 

René Monory est mort. Vive René Monory !

 

 

Max.

04/03/2009

Maternelle : le double jeu de Xavier Darcos

shota.jpg

Double jeu ou … double « je ». Xavier Darcos serait-il atteint de schizophrénie ? Il existe bien semble-t-il une dissociation entre ce qu’écrit le Docteur Xavier et ce que dit Mister (mystère ?) Darcos sur l’école maternelle. On s’en souvient encore. La phrase avait fait grand bruit. Auditionné en juillet 2008 par le Sénat sur le budget, Xavier Darcos s’était demandé si, dans le soucis d’une « bonne utilisation des crédits de l’Etat », il était logique de faire « passer des concours à bac + 5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants et de leur changer les couches » ? Certes, la question, sortie de son contexte, ne concernait que les enfants de moins de trois ans. Pourtant l’intention du ministre était de relancer le débat autour du rôle de l’école maternelle française.

 

Or, cette semaine, le Ministère de l’Education nationale édite, à 2,8 millions d’exemplaire, un guide destiné aux parents des enfants scolarisés à l’école maternelle. Et le docteur Xavier semble y exprimer une toute autre vision. Je vous livre là l’intégralité de sa courte introduction. Jugez-en par vous-même :

 

« Votre enfant est scolarisé à l’école maternelle ou s’apprête à l’être. C’est une chance que lui envient beaucoup d’enfants qui, en Europe et dans le monde, ne connaissent pas cette école si particulière qui prépare la quasi-totalité des enfants, dès l’âge de trois ans, à entrer dans la scolarité obligatoire.

Car l’école maternelle n’est pas une simple structure d’accueil : elle est une école à part entière, qui comporte des objectifs pédagogiques précis et mobilise des compétences très spécifiques de la part des professeurs qui y enseignent. C’est pourquoi j’ai tenu à ce que sa place soit confortée au sein de l’école primaire, en rédigeant pour elle de véritables programmes. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai constamment réaffirmé que les enseignants de maternelle étaient des professeurs des écoles à part entière, avec les mêmes niveaux et modalités de recrutement que leurs collègues des écoles élémentaires : c’est précisément ce qui distingue l’école maternelle des structures d’accueil.

Les Français sont très attachés à l’école maternelle mais ils n’en connaissent pas toujours toute la richesse. C’est pourquoi j’ai voulu que dans la continuité du guide des parents remis à la rentrée 2008 à l’ensemble des parents d’élèves scolarisés dans les écoles élémentaires, ce guide conçu par l’Association Générale des Enseignants des Ecoles et classes Maternelles publiques (AGEEM), vous soit remis dans le cadre du partenariat avec le Ministère de l’Education nationale. Vous y trouverez notamment une explication du fonctionnement et des activités des écoles maternelles ainsi qu’une présentation des programmes de 2008 qui comportent l’ensemble des connaissances et des compétences dont votre enfant aura besoin pour entrer dans de bonnes conditions au cours préparatoire.

Je vous souhaite une bonne lecture ! 

Xavier Darcos »

 

Alors, s’agit-il de schizophrénie ? Non, bien sûr. Juste de communication politique.

 

Le texte reproduit ci-dessus est à y regarder de plus près un exposé où Xavier Darcos affirme tout et son contraire. Il commence par réaffirmer la spécificité de l’école maternelle française : une « école à part entière, qui comporte des objectifs pédagogiques précis et mobilise des compétences très spécifiques », des enseignants qui sont « des professeurs des écoles à part entière, avec les mêmes niveaux et modalités de recrutement que leurs collègues des écoles élémentaires ». Mais dans le même temps, il se contredit. Ainsi,  cette « école à part entière » voit « sa place confortée au sein … de l’école primaire » ! Cette école dont les « objectifs pédagogiques qui mobilisent des compétences spécifiques » et à laquelle « les Français sont très attachés » sans en connaître toujours « toute la richesse » se voit dotée … « de véritables programmes » !

 

On le voit Xavier Darcos nage en pleine contradiction. Docteur Xavier y côtoie donc bien dans les mêmes phrases mister Darcos. Une école dont on vente la richesse, les compétences spécifiques, les objectifs précis ne disposait-elle pas déjà de programmes « véritables » ?

 

L’objectif, bien sûr est ailleurs. La réforme de l’école maternelle telle que l’organise depuis un an le Ministère de l’Education nationale est toute autre : il s’agit de transformer l’école maternelle en école préélémentaire. Interrogeons nous donc à présent sur ce que recouvre ce glissement sémantique.

 

La spécificité de l’école maternelle française repose sur certaines caractéristiques : la gratuité, une présence sur tout le territoire de façon équitable, des maîtres ayant reçu le même niveau de formation que tout maître d’élémentaire ou professeur de collège certifié, des programmes spécifiques d’apprentissage en langage, prélecture, mathématiques, EPS (éducation physique et sportive), etc., 97% des enfants scolarisés dès l’âge de trois ans, un fonctionnement qui prévoit la présence, à côté du maître, de personnels ATSEM recrutés par les mairies (1).

 

L’école maternelle a une fonction fondamentale : enraciner l’enfant dans la société et le préparer à son émancipation. Philippe Mérieux nous rappelle d’ailleurs que l’enjeu est considérable : « Des êtres sans racines cherchent désespérément leur origine et basculent souvent dans la violence et les transgressions, des êtres sans émancipation deviennent facilement la proie de toutes les pressions et de tous les fanatismes. » Dans une de ses conférences, le pédagogue rappelait que l’école maternelle remplit ainsi plusieurs tâches essentielles : permettre à un sujet d’émerger parce qu’on aide un enfant à occuper une place sans prendre toute la place, aider chacun  à surseoir à ses impulsions, accompagner chaque élève vers la maîtrise de soi, amener chaque enfant à intérioriser l'exigence de justesse, de précision et de vérité.

 

Le projet du gouvernement est tout autre. Il consiste, tout d’abord, à faire de l’école maternelle une école préélémentaire. Les nouveaux programmes de grande section intègrent déjà ce glissement : ils se concentrent sur un apprentissage mécanique de la lecture, de l’écriture et des mathématiques (et là je pense à ma fille qui me répète qu’elle en a marre d’apprendre toujours les mêmes lettres qu’on sait déjà…). Les programmes des petite et moyenne section s’est trouvé, en revanche, très allégé. Le risque est de les voir transformées en jardin d’éveil ce qui est le schéma qu’offre l’éducation de la petite enfance dans la plupart des pays européens. Une forme moins coûteuse. Le choix politique actuel est de réduire l’offre de l’Education Nationale, le ministre concerné s’interroge sur la nécessité d’une formation d’instituteur pour encadrer des jeunes enfants (même s’il a admis que les enseignants de maternelle ne changeaient pas les couches, et ne surveillaient pas les siestes, et s’est excusé de ses propos). Certains observateurs nous font remarquer que’on peut craindre que les propositions du rapport Tabarot (juillet 2008) sur le développement de l’offre d’accueil de la petite enfance, ne trouve un écho favorable auprès des instances décisionnelles, pour accueillir les 2 ans, puis les 3 ans, les 4 ans. "L’application des objectifs de régulation budgétaire au Ministère de l’Education nationale pourrait le conduire à poursuivre sur la voie de la diminution, voire de la suppression de l’accueil d’enfants de 2 à 3 ans à l’école maternelle, dans la mesure où cette mission n’est pas au nombre de ses compétences obligatoires. " (paragraphe 3-1-4 du rapport Tabarot) (2)

 

Le projet s’inscrit, ensuite, dans une culture du résultat, propre à notre époque, dont l’objectif est de participer à la réduction de l’échec scolaire à la sortie de l’école primaire. Le risque ici est de confondre l’évaluation pédagogique qui vise à vérifier ce qui est su ou non et les batteries de tests et mesures qui ne servent qu’à classer, sélectionner les élèves et justifier ainsi des politiques scolaires gouvernementales ou des « stratégies scolaires » de parents, « consommateurs d’école ».

 

La communication politique orchestrée par Xavier Darcos en 2,8 millions d’exemplaires vise à faire croire aux parents d’élèves que sa réforme n’apporte qu’un changement dans la continuité alors qu’il s’agit bel et bien d’une rupture profonde.

 

 

Max.

 

(1) L’effectif moyen en maternelle est de 30 enfants par classe. Le nombre de postes d’ATSEM financés par les mairies est variable... Au mieux, une par classe, sinon, une pour une classe de petits ou tout-petits, une pour deux classes de moyens ou de grands.

 

(2) On trouve dans le rapport Tabarot des propositions qui peuvent paraître favorables : horaires plus larges, meilleure continuité sur la journée. D’autres sont des menaces réelles sur l’offre proposée : les jardins d’éveil seront financés par les mairies, le personnel sera municipal => amplification de l’inégalité sur le territoire : toutes les mairies ne disposant pas du même budget. L’accueil y sera payant (crédit d’impôt... pour ceux qui en payent) => les familles dont les enfants en tiraient les plus grand bénéfice en seront exclues. L’exigence de formation pour les personnels employés sera plus faible qu’en crèche. Offre forcément plus limitée =>l’accueil n’est plus un droit pour tous.

Et Une proposition particulièrement surprenante : Paragraphe 4-3-4 Valoriser le métier d’assistant maternel auprès des seniors à la retraite qui souhaitent cumuler emploi et retraite est une des pistes qui pourrait contribuer à réduire les tensions en effectif prévisibles pour ce secteur.

Source : Site Quel avenir pour l’école ?

 

Illustration: Mascarade de Shota Voskanian, 2000

 

 

22/02/2009

Nadine Morano tente un hold up sur l'Education nationale

Nadine Morano à l’Education nationale : un mammouth à la place du Mammouth ? Non, pire que ça. 20 minutes relaie une information péchée par le Point.fr : « Nadine Morano lorgne sur le Ministère de l’Education ».

 

On connaît trop le côté tapageur de celle qui ambitionnerait de prendre le délicat portefeuille de Xavier Darcos. On ne peut pas dire qu’elle soit l’emblème de la finesse. Pour s’en souvenir, regardons cette vidéo bien connue trouvée sur le site du Nouvel Obs :

 

Mais nous aurions tort de croire que cette nomination ne serait qu’une simple erreur de casting.

 

Adjoindre l'Education à la Famille

 

En effet, au-delà de la personnalité de Nadine Morano qui ne colle pas avec le ministère  qu’elle convoite, c’est le projet qu’elle porte qui dérange : adjoindre au ministère de la famille, celui de l’éducation. C’est bien dans ce sens là que le Point.fr, qui a eu vent de cette trouvaille, nous la présente. Dans ce sens et non l’inverse.

L’inverse d’ailleurs n’aurait guère de sens : qu’est-ce que le ministère de l’éducation aurait à faire d’une délégation à la famille. En quoi la réforme du lycée pourrait-elle trouver des ressources dans les caisses d’allocations familiales ? En quoi la revalorisation des carrières enseignantes trouveraient-elles refuge dans celle du mariage ?

Non. Il n’y a sans doute pas d’erreur dans la formulation : le projet de Nadine Morano serait bien d’adjoindre l’Education à la Famille et non le contraire. Mais alors qu’est-ce que la signifie et pourquoi, pour le coup, il existe bien une logique et qu’est ce qu’elle recèle ?

 

Tout d’abord, la déclaration de Nadine Morano n’est pas une déclaration tapageuse de plus. Cette « évolution » est inscrite dans le discours de Nicolas Sarkozy depuis sa campagne de 2007 (et probablement avant). C’était il y a presque 2 ans jour pour jour (bel anniversaire !), le 23 février 2007 :

 

« C’est l’autorité des parents qu’il faut réhabiliter.

Je souhaite une véritable révolution des mentalités par laquelle les parents soient reconnus comme des éducateurs à part entière.

(…) Si pour les familles qui ne s’occupent pas de leurs enfants mineurs, qui les laissent traîner dans la rue, qui les laissent commettre des délits, qui ne respectent pas l’obligation de les scolariser, je souhaite que des sanctions soient prises, que la responsabilité des parents puisse être mise en cause, que les allocations familiales soient mises sous tutelle, je m’engage aussi si je suis élu à aider les familles de bonne foi qui en ont besoin à élever leurs enfants.

Je souhaite que dans ce rôle ils soient soutenus, aidés, accompagnés, que cette charge soit prise en compte dans le calcul de l’impôt, de la CSG, des retraites. »

 

Ensuite, transférer le ministère de l’Education nationale à celui de la famille, c’est comme transférer l’Education nationale aux familles autrement dit faire perdre à l’Education nationale son caractère national. Alors évidemment, quand je dis cela, on se dit que j’exagère, que j’en fait des tonnes, que j’ai trouvé là un nouveau moyen de taper sur les seuls-qui-proposent-dans-ce-pays-gangréné-par-l’immobilisme-etc. La dernière phrase de la citation ci-dessus ne dit rien d’autre : « Je souhaite que dans ce rôle ils soient soutenus, aidés, accompagnés, que cette charge soit prise en compte dans le calcul de l’impôt, de la CSG, des retraites. » L’Etat n’est plus celui qui impulse, qui oriente, qui définit des politiques éducatives pour la nation entière, sans exclusive. Or, ramener l’école à un devoir familial, c’est lui ôter ce que près de deux siècles ont lentement forgé à savoir que l’école est avant tout un moyen de répondre à l’environnement social dans lequel elle est impliquée. Son objectif n’est-il pas d’abord globalisant : faire d’un jeune individu, accueilli dès son plus jeune âge, une personne intégrée. Passer de l’individu à la personne, en somme. Intégrée dans le lien social, à la fois pour le construire comme citoyen et pour y participer par sa profession. Le projet de Nicolas Sarkozy et de Nadine Morano, qui se vante souvent d’avoir l’oreille du Président, est tout autre : faire de l’école une simple béquille, un hôpital de campagne d’une éducation délocalisée au sein des seules familles. Bien sûr que le rôle d’une famille est d’éduquer au sens strict du terme. Mais peut on compter sur elle seule pour former un citoyen, pour émanciper. Sans doute parfois. Mais pas toujours et loin s’en faut. Se faisant, Nicolas Sarkozy et Nadine Morano sont bien dans un projet de droite dont l’objectif libéral ne consite qu’à intervenir dans la société qu’à la marge.

 

Enfin, le déclassement de l’Education nationale au rang de simple auxiliaire des familles serait une manière de définitivement décrédibiliser l’instituteur et le professeur. Nicolas Sarkozy avait déjà lancé la pierre à cette profession : “Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance”. (Discours au Vatican, 20 décembre 2007). Il pourrait rajouter que dans la transmission des valeurs et dans la l’apprentissage de la différence entre le savoir et le savoir-faire, le professeur ne pourra jamais remplacer le père ou la mère de famille, parce qu’il lui manquera toujours l’autorité ou je ne sais quelle autre sornette. Depuis déjà plusieurs années, l’idéologie dominante consiste à dire que l’école à échouer à se démocratiser. Les partis de droite estiment d’ailleurs que la tâche est impossible autant qu’inutile. C’est la raison pour laquelle, on peut dégraisser sans vergogne. Certes, certes, la démocratisation de l’école n’est pas réussie pourtant faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ?

 

Morano4.JPG
Nadine Morano, une femme d'envergure, prompte à occuper les places laissées vacantes.

 

On le voit, l’arrivée de Nadine Morano à l’Education ou plus exactement (car tel est son souhait), l’arrivée du ministère de l’Education dans le ministère de Nadine Morano ne serait pas sans conséquences. Xavier Darcos en bon latiniste, voulait une école machine à dupliquer des savoirs, confite d’académisme. Nadine Morano nous vendra une école « d’éveil » dont le but est surtout d’occuper, à charge aux familles de faire l’essentiel (1).

 

Il ne nous reste plus qu’à croire que cette déclaration de Nadine Morano ne soit qu’une manière de faire parler de soi pour que le Président ne l’oublie pas le moment du remaniement venu. Juste marquer une ambition, en somme.

 

Perso, je veux encore croire que tout cela n’est qu’un mauvais rêve.

 

Et pour terminer, référence à la vidéo du début...


podcast
 Anaïs, Elle sort qu'avec des blacks

 

 

Max.

 

 

 

(1) Au Grand jury RTL, Le Figaro, LCI, le 21 décembre 2008, Nadine Morano, encore secrétaire d’Etat chargée de la Famille, avait déclaré que « l’école maternelle c’est trois ans », et indiqué avoir à « à l’étude » un dispositif de « financement croisé » pour des jardins d’éveil destinés aux enfants âgés de deux à trois ans. « Nous sommes en train de travailler sur un dispositif de financement croisé par la CAF (caisse d’allocations familiales), les communes, les communautés de communes, mais aussi les parents en fonction de leurs revenus » avait-elle précisé.

 

 

 

 

15/02/2009

Masterisation: la réforme la plus bête d'un ministre à bout de souffle

darcos_betise4.JPG
 

Bête. Aucun autre mot ne vient à l'esprit. La réforme dite de masterisation proposée par Xavier Darcos est probablement la réforme la plus bête que notre ministre et les belles personnes de son cabinet ont pu pondre depuis bientôt deux ans qu’ils sont au pouvoir.

 

La réforme la plus bête, en effet, car elle consiste à supprimer l’année de formation supervisée par l’IUFM. Contrairement à ce que l’on entend par ci par là, ce n’est pas une année à l’IUFM (dont la réforme s’impose, il est vrai). Je le répète : ce n’est pas une année à l’IUFM mais une année en responsabilité face à 1 ou 2 classes. Les jeunes professeurs ayant réussi leur concours théorique (CAPES ou Agrégation) sont admis à suivre une année où ils vont essuyer les plâtres en ayant une ou deux classes en totale responsabilité en collège ou lycée. Cela représente 8 heures de cours par semaine toute l’année scolaire, seul face aux élèves. Le reste du temps est consacré à des cours de pédagogie à l’IUFM et un travail de préparation réalisé sous le tutorat d’un enseignant expérimenté travaillant dans le même établissement. A l’issue de cette année, le jeune novice est titularisé et se voit affecté dans un établissement à temps plein comme tous ses collègues.

 

La réforme chapeautée par Xavier Darcos et Valérie Pécresse fait tout le contraire. Les futurs enseignants doivent, à l’université, suivre des cours censés les former à l’enseignement. Des cours sans doute réalisés par des praticiens mais des cours tout de même, c'est-à-dire de la théorie. Pendant cette formation, les novices suivent des stages, certes, mais des stages épisodiques d’observation dans la classe d’un collègue. Le futur enseignant n’a plus de classes en responsabilité pour lesquelles il élabore, met en œuvre, corrige tout au long de l’année un programme de cours. Le futur enseignant n’apprend plus, de lui-même, à gérer des classes de 30 élèves en collège ou 37 à 40 élèves en lycée. A certains moments de l’année, il sera en observation, au fond de la classe en train de voir faire un autre, qui pourra, certes, parfois, lui laisser les rênes. Mais jamais plus, pendant sa formation, il n’aura à gérer, le temps d’une année scolaire, une classe de la rentrée de septembre jusqu’à la fin des cours en juin. Jamais plus, pendant sa formation, il ne participera, en tant que professeur à part entière, aux conseils de classe de SES classes.

 

On touche là à ce qui fait l’essentiel de la formation d’un professeur. Non pas des cours dispensés dans un IUFM ou une université (qu’importe le lieu d’ailleurs). Mais la pratique. Pour être un bon professeur, il faut plus d’une fois, se planter, échouer à transmettre des notions. Ce métier n’est pas inné. L’année dite «  en responsabilité » (8 heures face à élève plutôt que 18) est une année de calibrage. Reprendre sans cesse sa leçon et la remettre sur l’établi pour mieux mesurer ce que l’on doit, ce que l’on peut transmettre. Cette maturation demande du temps, beaucoup de temps. L’étudiant doit devenir professeur. Changer de planète en somme. Certains jeunes professeurs sortent d’études ultra poussées dans leur domaine de compétence et  doivent du jour au lendemain enseigner le BA Ba  à des élèves de 11 ans. On croit que c’est simple mais c’est tout le contraire. Nous savons tous écrire des pages entières mais qui aujourd’hui peut expliquer une règle grammaticale à un enfant qui ne sait pas encore rédiger et argumenter. Pourtant sans grammaire, nos textes seraient tout simplement illisibles. Nous ne nous posons plus la question de l’équilibre lorsque nous marchons. Pourtant, il a bien fallu que nous l’apprenions. Ce n’est pas parce qu’un professeur masterisé dira à son élève : « Lève toi et marche » que celui-ci voudra et saura le faire.

 

Une bonne formation des maîtres est une des conditions essentielles de la lutte contre l’échec scolaire. Oui, aujourd’hui, cette formation n’est pas suffisante. Mais, oui aussi, le secret d’une bonne formation c’est de donner du temps. La réforme en cours et contre laquelle il nous faut lutter de toutes nos forces est une aberration. Elle consiste à plonger directement dans le bain un jeune professeur sans qu’il n’ait jamais pratiqué le métier à petite échelle. C’est tout bonnement suicidaire.

 

Mais, on comprend bien la manœuvre : une belle économie tout d’abord puisque le ministère paiera le même salaire (plus une petite prime de début de carrière) un jeune titulaire qui fera 18 heures contre 8 aujourd’hui. Une manière de combler les vides crées par les suppressions massives de postes depuis 2 ans déjà et qui vont se poursuivre (13500 à la rentrée 2009). Un jeune titulaire corvéable à merci qui pourra aller boucher les trous dans plusieurs établissements la même année (6 heures par ci, 6 heures par là et encore 6 heures par là). Mais à quel prix !

 

Non, vraiment. Nous avons beau tourner cette réforme dans tous les sens, une seule question demeure : Comment peut on réformer aussi bêtement ? (1) Cette question devient un abîme de perplexité quand on sait que cette réforme est le fruit de la réflexion d'un ministre réputé intelligent et fin connaisseur de notre système éducatif.

 

Désormais, c’est une certitude : il y a bien au moins un poste à supprimer dans l’Education nationale : celui du ministre.

 

Max.

 

 


podcast
 Jacques Higelin, Crocodaïl

 

  

(1) Xavier Darcos a même osé prétendre, comble de la mauvaise foi, jeudi dernier sur RMC que "Aujourd'hui (...) les professeurs passent un concours, ils sont mis dans l'Institut de formation des maîtres, où on leur apprend des théories générales sur l'éducation et de temps à autre, ils vont remplacer un professeur absent. C'est pas comme ça qu'on forme des gens. Autrement dit, ils sont sans arrêt devant un simulateur de vol. Alors que dans le système que je propose, ils ne seront pas dans un simulateur de vol". Toute la démonstration faite ici vise à démontrer que c’est, bien sûr, le contraire qui va se passer.

08/01/2009

Xavier Darcos veut faire parrainer les élèves par des entrepreneurs

darcos_deface.jpeg

On le sait, le renard symbolise depuis longtemps la ruse et l'habileté : de fait il agit avec perspicacité, pouvant revenir par exemple sur ses propres traces s'il est chassé. Mais à l'inverse, il peut se montrer très imprudent en passant sans s'arrêter devant des cachettes sûres.

On le sait aussi, Xavier Darcos est un vieux renard. On se doute bien qu’ayant échoué, pour l’heure, sur sa réforme du lycée, il pourrait bien revenir sur ces propres traces.

Alors, on guette. On se dit que le vieux renard n’a pas dit son dernier mot. Question de fierté d’abord. Comment un as de la réussite selon son entourage politico médiatique, ce proche du Président qui se verrait bien Premier ministre, ce spécialiste de la démographie enseignante (il a bien compté, rendez-vous compte : 12 élèves par classe en moyenne), bref, comment ce beau résultat de la politique du résultat pourrait-il en rester sur un tel échec ?

Question d’idéologie ensuite. « Qui peut contester que l'ouverture à la concurrence a totalement changé le visage du service public des télécommunications, amélioré la qualité du service, enrichi l'offre, réduit les prix, développé l'innovation ? » (1) déclarait le maître lorsqu’il se préparait à devenir le grand chef. « Qui pourrait contesté que ce qui se fait dans certains services publics ne pourrait se faire dans d’autres services publics ? » pourrait bien se dire le disciple.

Question de politique politicienne enfin. En Sarkozie, si on ne bouge plus, si on se tait, c’est qu’on est mort.

Exemple, ces jours-ci.

Les Sciences économiques et sociales (SES) sont en sursis. La réforme reportée (avortée ?) du lycée prévoyait dans sa première ébauche leur éclatement. Depuis plusieurs années, certains lobbies, comme l’Institut de l’Entreprise, appuyés par le MEDEF et proches du ministre, poussent à la création d’une discipline qui se concentre quasi exclusivement sur l’entreprise, réduisant à la portion congrue les enseignements macroéconomiques jugés trop critiques vis-à-vis du capitalisme, producteur de richesses certes (et encore) mais d’inégalités et d’injustices aussi. Cachez donc ces défauts, ces défaillances que nous ne saurions voir. D’alternative il ne peut y avoir. Réguler, moraliser, humaniser, réformer seraient-ils des verbes à proscrire du bon discours du bon entrepreneur et surtout du bon futur salarié ?

Mais patatras. Mi décembre déjà, Xavier Darcos recule sur la réforme des SES. Il n’y touchera pas, foi de vieux renard qu’il est. Mieux encore, de Jérusalem où il est en visite, sentant une Intifada bien française monter tout doucement aux portes des lycées, Xavier Darcos, recule de nouveau. La réforme du lycée sera pour 2010.

Et puis, silence radio.

Jusqu’à aujourd’hui, 7 janvier. Communiqué de presse de Xavier Darcos 

« Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale, et Hervé Novelli, secrétaire d’État chargé des P.M.E., signent avec l’association 100 000 entrepreneurs une convention visant à organiser des parrainages de classes de collèges et lycées par des entrepreneurs.

Cette signature a lieu lors d’un événement organisé pour l’occasion en partenariat avec le Codice (2) (Conseil pour la diffusion de la culture économique) : une classe de la cité scolaire Voillaume d’Aulnay-sous-bois est accueillie chez Pixmania, pour une visite de l’entreprise et un échange avec les fondateurs de l’entreprise.

(…) 100 000 entrepreneurs est une association d’intérêt général fondée par Philippe Hayat en 2006, visant à transmettre aux jeunes la culture d’entreprendre. A ce jour, plus de 1500 entrepreneurs y sont inscrits ; 30 000 jeunes ont reçu leur témoignage. Une centaine de parrainages a déjà été organisée. »

Jusque là, cela semble plutôt anodin.

Mais qui est Philippe Hayat et quel est l’esprit de son association ?

Sur le blog de l’association, il se présente et nous dévoile ses intentions :

Plus loin encore, il est encore plus précis dans un billet du 15 décembre intitulé « De l'enseignement de l'économie à l'école »

 

« Quelle économie faut-il enseigner ? Cette question reste en suspend, parce qu’elle est sans doute la plus idéologique de toutes. Jusqu’à présent, les sciences économiques et les sciences sociales sont mêlées au sein d’un même programme. L’analyse des mécanismes économiques par le seul prisme social présente des risques de dérapage idéologique. Sans doute faudrait-il isoler, dans le nouveau programme de seconde,  un module spécifique de « sciences de l’économie » (et pas seulement « sciences de la société » tel qu’il est prévu), expliquant les mécanismes économiques fondamentaux et permettant aux élèves de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent. »

 

Comment conclure ?

 

On le sait, le vieux renard Xavier Darcos symbolise depuis longtemps, en Sarkozie, la ruse et l'habileté : de fait il agit avec perspicacité, pouvant revenir par exemple sur ses propres traces si une réforme est rejetée.. Mais à l'inverse, il peut se montrer très imprudent en pensant qu’il pourrait nous faire des petites cachotteries.

 

Max.

 

 

(1) Les paroles s’en vont mais les écrits restent : discours de Nicolas Sarkozy à la convention UMP sur le service public, le 7 juillet 2005.

(2) Le Conseil pour la diffusion de la culture économique (Codice) a été créé il y a deux ans par le ministre chargé de l’Économie, puis renouvelé récemment par Christine Lagarde. Ce Conseil, composé de personnalités du monde de l’économie, de l’éducation et des médias, est chargé de proposer des actions concrètes de diffusion de la culture économique et du monde professionnel.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu